5 TENDANCES POUR DES OPÉRATIONS E-COMMERCE ORIGINALES

5 tendances e commerce

Selon une étude Médiamétrie sur l’audience E-commerce en France (Baromètre trimestriel de l’audience du e-commerce en France, 2018), 37,4 millions d’internautes ont effectué un achat sur internet au premier trimestre 2018, soit plus de 8 personnes sur 10.

Dans le même temps, on observe dans l’environnement e-commerce :

  • un développement du m-commerce : le mobile est de plus en plus utilisé lors des achats ;
  • une augmentation du Research Online, Purchase Offline (ROPO) : l’acheteur va chercher lui-même des informations sur le produit qu’il veut acheter.

Quand il est question de stratégie en e-commerce, que vous ayez un objectif précis ou non, il est nécessaire de suivre les dernières tendances du marché. Nous avons donc établi une liste d’outils et pratiques intéressantes pour vos opérations commerciales.

1. Le m-commerce

Avec le m-commerce (ou mobile commerce), les acheteurs se tournent vers les applications mobiles et e-boutiques. Le mobile est ancré dans les habitudes d’achats des internautes surtout avec le développement de la présence de boutiques en ligne et avec l’augmentation de l’utilisation des smartphones.

Le mobile est un canal qui s’impose dans la personnalisation de l’expérience client. Non seulement, il permet d’effectuer de nombreuses tâches, mais il permet aussi d’accéder à toutes les nouvelles technologies disponibles sur le marché. On peut accéder à une recherche vocale via son smartphone, on peut discuter avec un chatbot, on peut même utiliser son casque de réalité virtuelle. Autant d’usages qui placent ce canal en première position dans les dispositifs de connexion à internet.

2. Le web-to-store

Désormais, en magasin comme en ligne, le parcours d’achat commence par quelques recherches en ligne. De plus en plus de clients font des recherches avant de finaliser un achat, c’est ce qu’on appelle le ROPO (Research Online, Purchase Offline).

Pour répondre à cette tendance, les e-boutiques ont mis en place le web-to-store. Cette stratégie consiste à pousser l’acheteur à se rendre en magasin pour effectuer ses achats. Au quotidien, vous rencontrez cette stratégie sous la forme de SMS promotionnels (dans lesquels on vous partage des codes promo) ou encore sous la forme du click and collect (où l’on vous propose de récupérer vos achats dans le magasin le plus proche). Les marques encouragent le consommateur lors de l’achat en ligne, à se rendre en boutique pour générer du trafic en point de vente.

3. Le social selling

Le social selling est une pratique qui consiste à influencer le processus d’achat d’un client sur les réseaux sociaux. C’est à peu près ce que font les influenceurs sur Instagram ou Youtube.

Dans cette stratégie commerciale, les réseaux sociaux sont des leviers pour booster vos ventes. Mais attention, il s’agit d’un travail de fond. Il faut avoir pris connaissance des besoins des cibles et des formats disponibles pour leur adresser un message ciblé.

De nombreuses entreprises ont développé leur présence en ligne parce que les réseaux sociaux font également partie du processus d’achat. On veut savoir ce que les autres pensent d’un produit et on veut également savoir ce que portent les célébrités sur Instagram. D’ailleurs, le réseau social a misé sur cette tendance de « screen shopping », en permettant aux comptes professionnels de taguer les produits présents dans une publication et de les relier à une page d’achat. La fonctionnalité shopping permet de rediriger du trafic vers le site du marchand, gratuitement et plus facilement.

D’autres, comme Pinterest, ont investi dans la reconnaissance/recherche visuelle pour permettre aux consommateurs de rechercher des produits similaires à ce qu’ils ont repérés.

4. La recherche vocale

Alexa (Amazon), Siri (Apple), Google Home… Les assistants vocaux se font de plus en plus présents dans nos usages, alors que jusque-là, le levier principal pour un e-commerçant était le moteur de recherche. Une étude du Digital Transformation Institute de Capgemini (Why Consumers Embrace voice assistants in their lives, 2018) révèle que les achats réalisés via les assistants vocaux devraient être multipliés par six d’ici trois ans.

Il ne suffira plus d’être bon en SEO pour avoir un bon référencement, il faudra aussi être assez créatif pour suggérer du contenu pertinent par rapport aux requêtes vocales des consommateurs. Avec le Search, les mots-clés et la publicité prendront d’autres formes. Adaptez sa boutique pour la recherche vocale et/ou visuelle semble être la prochaine démarche à faire pour augmenter son revenu e-commerce.

5. La réalité virtuelle

Géolocalisation, Chatbots, applications… La technologie donne son coup de pinceau au tableau de l’environnement commercial. Les vendeurs mettent en place des dispositifs virtuels de visites ou de showrooms. Ainsi, en avril 2018, Zara a déployé la réalité augmentée dans ses magasins avec des séquences courtes et des contenus partageables sur les réseaux sociaux. Si un produit vous plaît lors de votre visite virtuelle, il est possible de cliquer dessus pour le mettre en panier. C’est une façon d’enrichir l’expérience lors de la visite en magasin et de faciliter les achats de produits phares. Dans le secteur de l’immobilier, Airbnb propose une visite virtuelle des appartements avant de les louer.

Quoi qu’il en soit, le V-Commerce (Virtual Commerce) est une stratégie prometteuse qui permettra sans doute de transformer considérablement l’expérience shopping.

Juin 2018